Le sexisme moteur de harcèlement et de cyber-harcèlement

Deux journées de prévention sont mises à l’honneur à une semaine d’intervalle : celle consacrée à la lutte contre le harcèlement à l’école du 18 novembre, et celle dédiée à l’élimination de la violence à l’égard des femmes du 25 novembre.

Toutes deux entretiennent malheureusement des liens étroits, puisque l’on sait que les femmes sont majoritairement victimes de cyber-harcèlement : humiliations, insultes, propagations de rumeurs, affichage non consenti de photos intimes … Internet décuple la violence du harcèlement en créant une pression 24h/24h, en favorisant l’anonymat des harceleurs, en produisant des effets de meute, en banalisant les actions blessantes telles qu’un « simple » like ou un « simple » partage d’information à d’autres personnes au détriment de la victime, et tout ça, dans la plus grande discrétion puisque un clic est moins sonore ou voyant qu’une claque.

https://www.education.gouv.fr/non-au-harcelement/faire-face-au-sexting-non-consenti-et-au-revenge-porn-325394

Le préjugé sexiste associant les garçons homosexuels à sous-hommes efféminés, ou assignant les filles à un stéréotype de la féminité conduit également à des violences homophobes et transphobes. Comme l’explique l’UNESCO : « La violence fondée sur l’orientation sexuelle et sur l’identité/expression de genre est souvent dirigée contre les élèves qui sont, ou sont perçus comme étant, lesbiennes, homosexuels, bisexuels (homophobie), transgenres (transphobie) et contre d’autres personnes dont l’expression de genre ne s’inscrit pas dans des normes sexuelles binaires, à l’instar des garçons perçus comme efféminés et des filles perçues comme masculines. Il s’agit là d’une forme de violence de genre.« 

Casser les tabous sur ces questions de harcèlement et de cyber-sexisme à l’école et en famille est impératif pour plusieurs raisons.

D’abord, pour que les éducateurs aient tous bien conscience qu’elles existent et qu’elles ne doivent pas être minimisées : 700 000 élèves seraient victimes de harcèlement scolaire, et l’on connaît désormais les conséquences parfois fatales qui en découlent. Il faut maintenir la vigilance, ouvrir le dialogue, mettre en oeuvre des actions de prévention, s’informer et communiquer sur les ressources telles que le 3018, le nouveau numéro national pour les jeunes victimes de violences numériques, ou l’association e-Enfance qui protège les enfants et les adolescents des dangers d’Internet.

Ensuite, pour que les témoins qui se sentent souvent innocents prennent conscience, d’une part, du rôle complice incitatif qu’ils jouent dans les agissements du harceleur, et d’autre part, dans le sentiment d’isolement et de honte de la victime.

Enfin, pour que ces dernières se sentent soutenues et rassurées : la honte n’est pas de leur côté. Elle réside dans l’intolérance, dans l’incapacité à reconnaître autrui dans sa singularité, dans le fait d’exercer des violences physiques, verbales, psychologiques en raison de différences liées à l’âge, l’apparence physique, le handicap, l’origine ethnique, les croyances religieuses, le statut socio-économique, ou, comme nous l’avons vu, le genre, le sexe et l’orientation sexuelle. Même dans les cas de « revenge porn » où un.e ex. malveillant.e publie des photos ou des vidéos intimes de son ancien.ne partenaire, la honte est du côté du premier, et pas du second. On sait qu’aujourd’hui, les échanges de sextos font partie des rapports amoureux, surtout chez les adolescents qui explorent leur séduction et leur sensualité. Blâmer une personne pour avoir partagé, dans une relation intime, des photos d’elle-même n’est pas constructif. Il faut au contraire lui rappeler que ce sont les agissements du harceleur qui sont répréhensibles et condamnés par la loi.

Pour en savoir plus, je renvoie à deux émissions de France Culture diffusées sur ces problématiques cette semaine, Etre et Savoir et Le Meilleur des mondes, et à la série web-documentaire Revenge en replay sur France.tv Slash, sur la pornodivulgation ou revenge porn, avec la traque des comptes « fisha », qui affichent des photos intimes non consenties :

https://www.franceculture.fr/emissions/le-meilleur-des-mondes/comptes-fisha-revenge-porn-et-effet-de-meute-comment-lutter-contre-le-cyberharcelement

https://www.franceculture.fr/emissions/etre-et-savoir/comment-faire-reculer-le-harcelement-scolaire

https://www.france.tv/slash/revenge/

Nathalie Anton

« Pourquoi les soft skills sont-ils devenus indispensables en entreprise ? »

Voici le lien vers l’émission Smart Education, diffusée le 28 septembre dernier sur B Smart TV, consacrée aux compétences socio-émotionnelles. J’ai eu le plaisir de répondre aux questions de la journaliste Eva Ben-Saadi, et d’échanger avec Cyril Pierre de Geyer, le fondateur de la Rocket School, qui recrute ses étudiants sur la base de leur personnalité, et non de leurs résultats scolaires. Cela dure 13 minutes, et c’est ici :

https://www.bsmart.fr/video/8917-smart-education-emission-28-septembre-2021

Nathalie Anton

 

La place de l’oral à l’école : dire pour moins souffrir

Mis en valeur aux épreuves du brevet et du baccalauréat, l’oral semble prendre une place de plus en plus grande dans le parcours des élèves de collège et lycée, et l’engouement pour les concours d’éloquence, les ateliers de lecture à voix haute, la réalisation de podcasts ou de conférences façon Ted Talk illustrent à quel point la parole des élèves est encouragée, dans le but de développer un nombre varié de compétences. 

Certaines peuvent apparaître principalement scolaires, telles que :

  • s’exprimer de façon maîtrisée 
  • lire de manière expressive 
  • réciter des poèmes ou interpréter des textes de théâtre
  • présenter un exposé avec clarté 

Ainsi, dans mes cours de français de 1ère, le travail sur l’oral consiste principalement à interroger les élèves sur des textes, puis à les préparer de manière argumentée et chronométrée à proposer des explications linéaires et expliciter le choix d’une œuvre intégrale lue au cours de l’année. Comme on le voit, il s’agit dans tous les cas d’exercices très codifiés portant sur un sujet prédéfini, poussant les élèves à apprendre par cœur une trame développée par l’enseignant pour convaincre, in fine, un examinateur.

Pourtant, d’autres compétences liées à l’oral qui apparaissent dans le socle commun de connaissances de compétences et de culture mettent l’accent sur d’autres habiletés. Je pense notamment à :

  • débattre en restant nuancé et en prenant en compte ses interlocuteurs
  • exprimer ses sentiments et ses émotions en utilisant un vocabulaire précis
  • résoudre les conflits sans agressivité
  • éviter le recours à la violence grâce à sa maîtrise de moyens d’expression, de communication et d’argumentation

Ces compétences sociales et émotionnelles ne sont pas purement académiques et excèdent le seul cadre scolaire. Elles visent à permettre à tout élève, comme on le trouve inscrit dans le socle, de “réussir sa scolarité, sa vie d’individu et de futur citoyen.” 

Si ces objectifs sont louables, force est de constater cependant qu’aucun programme officiel ne permet à l’élève d’apprendre à “résoudre les conflits  sans agressivité” ni à “exprimer ses sentiments et ses émotions en utilisant un vocabulaire précis”. D’ailleurs, sur quels temps ces compétences doivent-elles être travaillées ? Pendant les 10 heures de vie de classe avec le professeur principal ? Pendant la demi-heure hebdomadaire d’éducation morale et civique avec le professeur d’histoire-géographie ? Pendant les heures d’accompagnement personnalisé consacrées à l’orientation et au soutien scolaire ? Et quels enseignants ont été formés au développement de ces compétences ? Lesquels sont explicitement désignés pour s’en charger ? Le fait est qu’il n’y a pas de place dans les emplois du temps ni dans la formation des professeurs pour favoriser leur acquisition, et qu’elles restent de l’ordre de l’implicite.

Pourtant, il serait indispensable d’apprendre aux élèves à verbaliser leurs ressentis, à mieux gérer les conflits inhérents à toute vie sociale, à exprimer leurs besoins de manière non violente, avant que la frustration ne conduise à l’explosion. On a encore tendance à intervenir a posteriori, quand les problèmes de moqueries, d’insultes, de coups, de pleurs, de cris, se posent et qu’il est trop tard.

Dans les pays qui développent des programmes et qui dédient des temps à ces compétences sociales et émotionnelles, la relation entre les professeurs et les élèves devient plus personnalisée et plus soutenante, les échanges deviennent plus authentiques, car détachés de toute évaluation et centrés sur la sécurité physique et affective, pas seulement sur les performances scolaires. Les recherches montrent ainsi que ces établissements voient chez leurs élèves les problèmes de comportements, d’absentéisme et de souffrance psychologique diminuer, et les résultats scolaires augmenter. Sur le long terme, ces compétences réduisent les chances de s’engager dans des conduites délinquantes ou à risques, favorisent le bien-être psychologique ainsi que l’insertion dans la vie professionnelle et sociale.

Appelées “soft skills” en anglais ou compétences douces, les prendre en compte à l’école contribue à assouplir les relations à soi et aux autres, et à améliorer le climat scolaire : qui dit mieux ?

Nathalie Anton

Le Potentiel caché de votre ado, Eyrolles (2018)