Soyons à l’écoute des émotions de nos ados

Les élèves sont rentrés depuis deux semaines maintenant, et j’encourage les éducateurs à se montrer très tôt attentifs à leur ressenti, et à ne pas considérer comme « normaux » le manque d’entrain, les bouderies ou les plaintes.

L’ennui, le rejet ou l’anxiété sont à détecter et à décortiquer avant qu’un malaise trop profond ne s’installe et que les résultats scolaires ne plongent.

Lorsque la joie, la curiosité et l’enthousiasme dominent, c’est évidemment bon signe en termes d’épanouissement et de réussite scolaire. A l’inverse, un élève triste, démotivé ou qui a peur – peur d’autres camarades, de ses enseignants, des notes à venir, des réactions de ses parents…- aura plus de mal à se concentrer, à mémoriser, à poser des questions, à tisser de bonnes relations, à bien dormir, etcPlus l’esprit est occupé par des soucis, et moins il est disponible pour les apprentissages !

N’oublions pas enfin que le refus de parler voire l’opposition frontale peuvent masquer un manque d’assurance ou des difficultés, et qu’il ne faut pas toujours prendre au pied de la lettre le « C’est bon je gère ! » ou le « Tout va bien » des ados.

Si le coup d’oeil dans le carnet de correspondance et la tenue des premiers cours constitue un premier indice, il convient de discuter régulièrement avec son enfant sans se focaliser exclusivement sur les résultats scolaires, et de rencontrer assez tôt le professeur principal voire le CPE pour s’assurer que tout se passe bien

Nathalie Anton

Illustration : Mafalda, Quino

Bonne reprise !

La voilà arrivée, cette rentrée scolaire qui nous paraissait encore si lointaine il y a quelques semaines ! La bonne nouvelle, c’est que cette année encore, les élèves, mais aussi les enseignants comme les parents apprendront plein de choses les uns des autres, éclairant, par leurs rencontres régulières, des zones d’ombre et déconstruisant des préjugés.

On aimerait ainsi que Liza Donnelly dessine une suite à sa vignette humoristique publiée dans le New Yorker, dans laquelle cette mère essaie maladroitement de réconforter sa fille en lui disant : « C’était seulement ton premier jour, pourquoi ne pas accorder à l’école le bénéfice du doute pendant… 12 ans de plus ? »

Nous y verrions alors cette enfant entourée de divers éducateurs et de camarades, avec des yeux levés plutôt que baissés, des mains tendues plutôt que croisées, et des portes ouvertes plutôt que fermées.

Car n’oublions pas que nous apprenons tous à l’école et de l’école, quand on est prêt à comprendre et à échanger !

Pour aider les lecteurs à trouver des réponses aux questions qu’ils se posent sur le thème de la réussite scolaire, non seulement ce blog continuera de recueillir leurs commentaires, mais un nouvel ouvrage intitulé Le Potentiel caché de votre ado, aux éditions Eyrolles, paraîtra en octobre prochain, s’ajoutant aux deux précédents :

L’Art d’enseigner (LeWebPédagogique)

Non, votre ado n’est pas feignant (Eyrolles)

Enfin, la nouveauté est qu’étant de retour des Etats-Unis, je recevrai en consultation des adolescents qui rencontrent des difficultés dans le cadre scolaire (voir la page Contact/Rendez-vous).

A très bientôt, donc, et bon courage à tous !

Nathalie Anton