Devoirs de vacances ?

Et même s’il rechigne et traîne les tongs, n’oubliez pas que…

NonVotreAdoNestPasFeignant.indd

 

Publicités

Bonnes vacances et bonne continuation à tous !

Chamois de la Dent de Vaulion (Jura)Premiers jours de juillet, et dernier post de l’année scolaire. Un cycle s’achève, et d’autres options se profilent avec, je l’espère, de beaux moments en perspective.

Je citerai, à l’attention des jeunes qui s’apprêtent à partir en vacances, 3 recommandations que mon Proviseur du Lycée Français de New York a données aux élèves lors de la cérémonie de fin d’année :

  • Soyez curieux, ouvrez-vous à des idées qui ne sont pas les vôtres, à des auteurs que vous ne connaissez pas, à des activités que vous auriez pensé ne pas vous plaire. Ne vous contentez pas de ce qui est connu, facile et rassurant : osez relever des défis.
  • Ne vous sentez pas impuissants par rapport aux grands problèmes contemporains : choisissez un combat qui vous tient à coeur, qu’il soit politique, humanitaire, écologique ou autre, et essayez, à votre niveau, d’être une partie de la solution en donnant de votre temps, en souscrivant à une association, en faisant des petits gestes au quotidien…
  • Cultivez une vraie connexion avec les gens qui vous entourent et avec la nature qui vous environne. Déconnectez-vous des écrans, soyez à l’écoute, soyez présents aux autres et au monde.

J’espère que ces mots qui m’ont inspirée inspireront également vos enfants, auxquels je souhaite toute la réussite possible.

Très bonnes vacances à tous,

Nathalie Anton

Stress et examens : ultimes conseils !

Calvin and Hobbes

A l’heure où le brevet se profile et où le baccalauréat démarre, sinon en fanfare, tout du moins en philo, je souhaite à tous les jeunes embarqués dans ces épreuves de faire de leur mieux, et à leurs parents de rester confiants ! Si la fin de l’année scolaire est attendue comme une libération par la grande majorité des élèves, elle constitue aussi une source de stress intense lié aux décisions d’orientation, et surtout à la barrière parfois périlleuse des examens à franchir…

Face aux montées d’angoisse bien compréhensibles, rassurons tout d’abord les ados : le stress est, à petite dose, bénéfique, car il leur procure de l’énergie pour rester motivés et concentrés, et pour être capables de mieux mémoriser et d’atteindre les buts qu’ils se sont fixés.

Toutefois, trop de stress peut conduire au sentiment d’être submergé, d’arriver à saturation au point de ne plus être capable d’étudier, de perdre l’appétit ou de ne plus dormir. Dans ce cas, il convient de leur donner quelques astuces pour faire redescendre la pression.

  • Identifier la cause du stress, et tenter de trouver des stratégies pour y faire face : si l’oral paralyse votre enfant, par exemple, rédigez avec lui des phrases types d’introduction et de conclusion et entraînez-le à les réciter.
  • Bien manger et bien dormir : si dans cette période d’examens, les efforts se concentrent tout particulièrement sur les capacités cognitives (mémoire et réflexion), il faut cependant veiller à ce que le corps ne soit pas négligé : manger équilibré et dormir si possible 8 heures par nuit constituent des piliers de la réussite.
  • Réduire les excitants : attention aux doses de caféine, qui nuisent au bon sommeil et accentuent les palpitations…
  • S’aérer, faire du sport au moins 30 minutes par jour : cela aide à prendre du recul, à se sentir bien,à éprouver une saine fatigue.
  • Se détendre : prendre un bain, pratiquer quelques minutes de mindfulness, se concentrer sur une musique que l’on aime permet de décompresser.
  •  S’organiser : une journée ne compte que 24 heures, moins toutes celles nécessaires au sommeil, aux repas et à la détente évoquée précédemment. Faire un planning réaliste de ce que l’on peut faire dans le temps resté libre permet d’éviter de s’éparpiller. Il faut lister les priorités et s’y tenir !
  • Trouver les bons outils : relire tout le manuel d’histoire n’est plus envisageable. En revanche, trouver les grands points des chapitres sur des fiches déjà réalisées, ou dans des annabrevets ou des annabacs sera bien plus utile et bien plus rassurant.
  • En parler ! En exprimant ses inquiétudes à ses parents, à ses amis, à ses professeurs, on peut trouver du réconfort, des conseils, et remettre les choses en perspective.

Alea jacta est et bon courage !!

Nathalie Anton

Image : Calvin and Hobbes, Bill Watterson

NonVotreAdoNestPasFeignant.indd