Parcours

2W1A5154 (1)Professeure agrégée de Lettres Modernes exerçant en collège et lycée depuis 1998, j’ai obtenu en 2006, à l’université Paris Diderot, un Master professionnel de Psychologie clinique, spécialité adolescents, afin d’affiner la perception de cet âge que le terme d’élèves limite singulièrement.

J’ai ensuite poursuivi ma réflexion sur les difficultés rencontrées par les adolescents dans le cadre scolaire, amorcée par mon expérience en Zone d’Education Prioritaire, en intégrant pendant trois ans dans l’Académie de Paris une équipe chargée de prévenir et de lutter contre la violence. Dans ce cadre, j’ai participé à des actions de recherche et de formation sur les pratiques dangereuses en milieu scolaire, les dangers d’Internet, ou sur le harcèlement entre pairs, avec E. Debarbieux notamment. J’ai également animé des stages de tenue de classe auprès des jeunes enseignants.

Depuis 2012, je dirige au Lycée Français de New York un programme dédié à l’apprentissage socio-émotionnel et au bien-être des élèves.

Nathalie Anton

Publicités

4 réflexions au sujet de « Parcours »

  1. Bonsoir Mme Anton,

    Je reviens relire vos articles que je j’apprécie énormement !
    Ils m’aident beaucoup à relativiser les événements.
    Actuellement je suis angoissée car ma fille a eu son bac littéraire après avoir redoublé sa terminale et elle ne sait pas quoi faire.Son dossier sur apb n’étant pas fameux car beaucoup beaucoup d’absences depuis la 1 ère.
    Elle souhaitait faire un bts mais ses voeux ont été refusés.
    Ensuite elle disait souhaiter entrer en fac pour laquelle je l’avais pré inscrite mais elle s’est désistée le jour j…
    Alors tout cela m’angoisse. ..
    J’aimerai l’aider dans ses études mais je ne la sens pas très motivée.
    Je me demande qui pourrait l’aider à y voir plus clair .Je pensais à la mission locale mais apparemment il ne faut pas avoir le bac pour se faire accompagner par eux.
    J’aimerai que ma fille ai l’envie de partir à l’étranger etc…mais j’ai l’impression qu’elle se laisse vivre.
    J’ai lu un de vos articles qui parle justement de ces jeunes prenant une année sabbatique après le bac leur laissant le temps de mûrir etc…
    Alors je réfléchis et me dis que je m’inquiète peut être bien inutilement…
    Qu’en pensez vous?

    Mille fois merci de nous faire profiter de vos réflexions qui font du bien et aident à y voir plus clair!

    Je vous adresse mes très sincères salutations,

    Au plaisir de vous lire,

    Sandra Grandmaire

  2. Chère Madame,

    Merci beaucoup pour votre message.

    J’imagine à quel point la situation doit être préoccupante, et il me semble que la première question à se poser est la suivante : votre fille se sent-elle bien, et ne traverse-t-elle pas un épisode dépressif ou anxieux, qui pourrait

    – soit être la cause de ses absences et de son incapacité à se lancer dans les études

    – soit être la conséquence de cette incertitude scolaire

    Il serait alors important qu’elle puisse discuter avec un psychologue ou un psychiatre de ce qui est ou pourrait-être anxiogène.

    Je vous recommanderais en outre de prendre rendez-vous au Centre d’Information et d’Orientation, en espérant qu’au regard de sa situation, les conseillers puissent envisager avec elle des solutions concretes et stimulantes, à plus ou moins long terme.

    Enfin, s’il n’est pas possible de reprendre une formation qui lui corresponde en cours d’année, il serait possible de lui proposer :

    – de travailler à l’obtention d’un diplôme par correspondance (niveau de langue Toefl par exemple, BAFA…). Le CIO pourra là aussi vous renseigner sur des organismes tels que le CNED ou le GRETA.

    – de s’impliquer dans une activité caritative

    – de trouver un emploi dans la vie active

    de manière à valoriser cette année qui s’annonce « blanche » et lui permettre surtout de s’épanouir personnellement et socialement.

    J’espère que ces quelques pistes vous aideront à l’accompagner dans sa réflexion.
    N’hésitez pas me recontacter au besoin.

    Bien cordialement

    Nathalie Anton

  3. Bonjour
    J’arrive par hasard sur votre blog, et je voudrais avoir votre avis si cela vous est possible.
    Mon fils de 13 ans (né en décembre, donc 1 an de moins que ses camarades) est en classe de 4ème dans un collège public de prestige dans l’ouest des Hauts de Seine. Depuis la rentrée scolaire ses notes dégringolent de façon vertigineuse. Malgré des cours particuliers et un suivi hebdomadaire chez le psychologue/pédiatre, il n’y arrive pas. Il a pourtant un projet de vie depuis la 6ème qui demande un Bac Es et un master par la suite. Or d’après son professeur principal il sera quasi orienté en fin de 3ème vers la voie technologie. Selon son professeur il est impossible qu’il redouble sa 3ème ni même sa 4ème car cela est interdit par le ministère. Ce qui me rend dingue c’est que le niveau de ce collège de quartier est très haut qu’il pourrait ailleurs s’en sortir haut la main mais qu’il est condamné d’office alors qu’il n’a que 13 ans et jamais de redoublement. Faut-il a votre avis qu’il fasse une 3ème dans un collège privé, pour se donner toutes les chances de passé en 2nde générale ou d’accepter une filiale techno et la ça sera une perte de temps et une étiquette à vie pour son entrée dans la spécialité qu’il souhaite faire.Je ne pense d’ailleurs même pas que c’est possible d’y accéder avec un bac technologique. Merci pour vos précieux conseils.

    Mme DJEDID

  4. Chère Madame,

    Le redoublement reste possible en fin de 3e, car il s’agit d’une classe d’orientation.

    Je ne sais pas s’il faut changer votre enfant d’établissement, mais au moins demander au collège où il se trouve quelles mesures de soutien ou de remédiation ils peuvent lui proposer. L’important est que votre enfant ne baisse pas les bras et qu’il se sente soutenu par ses enseignants. Le fait qu’il ait un projet professionnel constitue un levier pour sa motivation : expliquez-lui bien que la vie est longue, et que redoubler une année au besoin n’est rien à l’échelle d’une vie professionnelle réussie.
    J’espère que le collège pourra l’aider dans ses efforts et à mettre en place des stratégies de travail efficaces.

    Bien cordialement

    Nathalie Anton

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s