« Clinique de l’adolescent fumeur de joint »

C’est le titre d’un article publié par Alexandre Har, psychologue clinicien et docteur en psychologie, dans Le Journal des psychologues de décembre / janvier 2012, dont nous avons choisi de vous livrer aujourd’hui un extrait :

« En fonction de la quantité consommée, de la fonction du cannabis dans la régulation émotionnelle, de la désinsertion sociale, la consommation d’un adolescent peut devenir rapidement problématique. (…)

Les répercussions d’un usage abusif, puis d’une dépendance s’observent à plusieurs niveaux :

Sur le plan du fonctionnement individuel, la symptomatologie s’exprime dans le domaine cognitif par une baisse des capacités attentionnelles et de concentration. Une baisse des résultats scolaires s’ensuit. Elle s’accompagne aussi d’un éloignement des activités sportives ou associatives. La qualité du sommeil s’altère avec, généralement, un inversement du rythme veille-sommeil. L’adolescent est souvent fatigué, il devient plus facilement irritable et entre en conflit plus rapidement. Pour certains, les absences non justifiées se cumulent. L’échec scolaire ne tarde pas à s’instaurer.

Sur le plan social, une lente sélection et réorganisation des fréquentations s’opèrent. Les copains sont tous des fumeurs. Les relations familiales sont plus tendues. Les sorties en soirée sont l’objet de disputes répétées ».

D’après les statistiques de 2011 de l’INSEE, 41,5% des adolescents de 17 ans ont déjà expérimenté le cannabis. Ce chiffre conséquent doit cependant être nuancé puisque, dans le mois précédant l’enquête, 22,4 % d’entre eux en ont consommé une seule fois, 6,5%  plus de 10 fois, et 3% quotidiennement.

Toutefois, comme nous l’avons évoqué dans l’article « Adolescence et toxicomanie », même une consommation occasionnelle doit susciter, à l’adolescence, la vigilance des adultes. S’il convient de ne pas diaboliser le produit au risque de rompre tout dialogue avec le jeune, il ne faut surtout pas le banaliser et ne pas hésiter à se tourner vers les personnels de santé compétents pour tenter de trouver une réponse à cette problématique.

Nathalie Anton