Ludiques ou à risques ? Réflexion autour des écrans.

Certes, les cadeaux ont été offerts, mais il n’est pas interdit de prendre de bonnes résolution quant à leur utilisation ! Je vous propose de revenir sur la question récurrente, car toujours sensible, de l’impact des écrans sur l’épanouissement des enfants, à travers une synthèse d’articles publiés dans Le Monde et dans Télérama. Les écrans sont certes ludiques, mais pas inoffensifs. Voici quelques éléments de réflexion pour en favoriser une utilisation raisonnable et raisonnée.

Dans son dossier au titre explicite, « Ils vont payer l’addiction !« , le numéro 3635 du Télérama offre ainsi une vision alarmiste de la surconsommation d’écrans par les plus jeunes :

Interviewé par l’hebdomadaire, le professeur Michel Desmurget, directeur de recherche à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), ne nie pas les vertus pédagogiques de certains programmes, mais explique que « la quasi-totalité des usages sont récréatifs et au final très peu nourriciers pour le cerveau.« 

La journaliste Marion Rousset ajoute que « quasiment chaque semaine tombe une nouvelle enquête internationale qui – sauf exception – ne porte pas à l’optimisme. Retards de langage, défaut de motricité fine, troubles de la mémoire et de la concentration, baise des résultats scolaires… Mises bout à bout, les conclusions de ces recherches donnent le vertige. (…) Les écrans sont aussi du temps volé aux relations humaines, ainsi qu’à des activités nourrissantes comme la lecture, la musique, le sport, le dessin, le jeu, un dîner en famille…« 

S’intéressant plus particulièrement aux jeux vidéo, le quotidien Le Monde du 28 octobre dernier (1) donne quelques pistes pour comprendre et réguler une consommation excessive, grâce à l’interview du psychothérapeute suisse Niels Weber, spécialiste des addictions aux écrans. Extraits :

A partir de quel moment doit-on s’alarmer d’une pratique du jeu vidéo excessive ?

Le critère le plus pertinent est celui de la souffrance, que ce soit de l’utilisateur ou de son entourage. (…) Mais l’indicateur principal, qui attire généralement l’attention des parents, c’est l’échec scolaire. (…) Le problème, c’est que c’est l’œuf ou la poule : est-ce le jeu vidéo qui entraîne l’échec scolaire, ou l’échec scolaire qui amène l’adolescent à surinvestir le jeu vidéo ?

Y a-t-il un profil-type de l’enfant ayant une pratique excessive du jeu vidéo ?

Le point commun que je vois entre les enfants et les ados avec lesquels je travaille, c’est avant tout le manque d’estime de soi. Et ce n’est pas le jeu qui amène ça. Il sert plutôt de ressource. (…) Dans le jeu vidéo, ils vont être compétents. Mais ils vont aussi recevoir encore plus de critiques de l’extérieur : on va leur dire que le jeu vidéo est une perte de temps, qu’ils feraient mieux de travailler, ou de venir manger. On critique le domaine qu’ils ont investi pour obtenir de la reconnaissance, et pour l’obtenir, ils n’ont que celui-ci. C’est un cercle vicieux.

Si l’enfant ou l’adolescent utilise le jeu vidéo pour être en contact avec ses camarades, soit à la récréation, soit en cours de partie par le tchat, comment parler d’isolement social ?

Le jeu vidéo en ligne est une nouvelle manière d’être avec les autres, et on doit apporter du crédit à cette interactivité-là. Mais il faut également encourager les plus jeunes à avoir des interactions sociales qui ne passent pas par des écrans, encourager une alternative. Si le jeu vidéo n’isole pas des copains, une pratique intensive peut fermer des portes au niveau familial.

Comment résoudre cette situation de rupture du lien ?

C’est un double effort à faire. Du côté des parents, intéressez-vous aux jeux auxquels jouent vos enfants, ne les laissez pas seuls, et idéalement, de temps en temps, allez jouer avec eux ! Vous serez peut-être nuls, mais ce n’est pas grave. Adoptez une position humble, l’enfant sera l’expert, qui vous apprendra des choses.

Dans l’autre sens, il faut encourager les enfants et les adolescents à expliquer ce qui les intéresse (…). Pour cela, il faut privilégier un moment familial consacré au partage de ce que l’on fait sur nos écrans. C’est vraiment un travail collectif. Ces échanges doivent permettre aux enfants de se sentir reconnus et aux parents de se sentir légitimes dans leur rôle de poser un cadre.

(…) Ouvrir la discussion sur la pratique du jeu elle-même doit permettre au jeune de se sentir suffisamment en sécurité pour aborder d’autres problèmes. Dans tous les cas, il ne faut pas hésiter à contacter un spécialiste si le dialogue est difficile. »

Nathalie Anton

(1) Niels Weber : « Parents, intéressez-vous aux jeux vidéo auxquels jouent vos enfants ! »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s