Pour un usage raisonné du smartphone

En ces jours pleins de bonnes résolutions qui caractérisent la nouvelle année, qu’allons-nous changer des rapports que nos ados et nous-mêmes entretenons aux écrans ? Dans un dossier intitulé « L’Abus de smartphone rend-il idiot ? » l’hebdomadaire Télérama (1) fournit à ses lecteurs de solides arguments pour réfléchir à leur utilisation permanente. Extraits choisis :

« Beaucoup de jeunes de 10-12 ans se plaignent de parents accros à leur téléphone. J’aimerais tellement que ma mère ou mon père n’ait plus de portable est une phrase que nous entendons dans tous les groupes de paroles. » (Jim Steyer, PDG de la fondation Common Sense Media, la plus grande plateforme d’alerte aux Etats-Unis sur les dangers liés aux écrans)

« En France, une récente étude de l’Ifop (2) a montré que 42% des utilisateurs de smartphones s’estiment « dépendants » de leur doudou high-tech, touchés par ce mal numérique baptisé Fomo (Fear of missing out), la peur de manquer quelque chose. Pour les deux tiers d’entre eux, c’est une emprise dont ils aimeraient se défaire.« 

« Les Français consultent leur smartphone en moyenne 26 fois par jour, le double pour les 18-24 ans ; 20% s’en saisissent au saut du lit, et 41% l’utilisent au milieu de la nuit. » (3)

« 92% des adolescents français de 12-17 ans ont un smartphone (88% au collège, 96% au lycée). Près de 4 sur 5 sont inscrits sur les réseaux sociaux, Snapchat en tête ; 28% des adolescents équipés répondent « tout le temps » à leurs messages, de jour comme de nuit (3). Que font leurs parents ? D’après Havas Media, 53,7% des parents français interrogés acceptent que leur enfant emporte son smartphone le soir dans sa chambre. »

Baisse de temps de concentration et de sommeil, illusion de maîtrise et de savoir, exposition à des contenus inappropriés, fragilisation de l’estime de soi, communications et publications à risques, cyber-harcèlement… S’il n’est pas question de diaboliser ce « silex des temps modernes » (6), prendre du recul vis-à-vis du smartphone, et encadrer son usage pour les jeunes peut s’avérer sage et bénéfique.

Bonne année à tous !

Nathalie Anton

(1) Télérama n°3594, 1er-7 décembre 2018.

(2) Institut français d’opinion publique.

(3) Etude réalisée par le cabinet Deloitte en 2016.

(4) Etude réalisée par BVA pour la marque commerciale de téléphones mobiles et de smartphones Wiko, octobre 2018.

(5) Pierre-Marc de Biasi, directeur ede recherche émérite au CNRS et auteur de l’ouvrage Le Troisième cerveau. Petite Phénoménologie du smartphone, 2018.

Illustration : http://www.codeps13.org/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s