Développons les compétences sociales et émotionnelles de nos élèves !

Capture d_écran 2018-10-13 à 09.49.06

« Les comparaisons internationales des compétences socio‐comportementales des élèves montrent un retard français (…). C’est bien l’ensemble des élèves français qui sont plus anxieux, moins persévérants, moins ouverts à la résolution de problèmes etc., quelle que soit leur origine sociale. (…) En France, l’indice du sentiment d’anxiété est près de 10 fois plus élevé chez les filles que chez les garçons.« 

Les conclusions de l’étude menée par le Conseil d’analyse économique (1) sont éloquentes. Notre système scolaire, particulièrement au collège et au lycée, néglige tout un pan du développement des jeunes : celui de leur équilibre relationnel et affectif. L’école prétend s’adresser à des élèves, en oubliant que ce sont des enfants et des adolescents qu’elle accueille. Tant que l’enseignement se focalisera essentiellement sur leurs compétences cognitives individuelles (mémoire, connaissances, raisonnement,…) sans les aider à développer leurs compétences :

  • sociales : tisser des relations saines avec les adultes et leurs pairs, apprendre à collaborer, gérer les conflits, promouvoir la diversité…
  • émotionnelles : connaître leurs émotions, apprendre à les reconnaître chez les autres, savoir maîtriser leur débordement…
  • organisationnelles et comportementales : gérer leur emploi du temps, se fixer des objectifs et les tenir, faire des choix responsables pour eux-mêmes et pour autrui…

Alors les jeunes, comme amputés d’une partie d’eux-mêmes, peineront à s’épanouir totalement à l’école… et dans leur vie ! Car la connaissance, la maîtrise et l‘estime de soi, de même que la reconnaissance de l’autre et la capacité à collaborer avec lui en bonne intelligence, ont des bénéfices qui dépassent la seule enceinte des établissements scolaires. Ces life skills comme les appellent les Anglo-saxons, c’est-à-dire, littéralement, ces compétences de vie, impactent le bien-être global des élèves, et in fine, leur réussite scolaire présente et professionnelle future. Or ces compétences se travaillent ! Il donc grand temps que la France rattrape son retard et forme enfin les jeunes – et leurs enseignants ! – à leur acquisition. 

Dans un livre à paraître en novembre aux éditions Eyrolles, je présenterai précisément le programme dédié au développement des compétences socio-émotionnelles que j’ai eu la responsabilité de mettre en oeuvre au Lycée Français de New York. En France aussi, le bien-être des jeunes à l’école doit devenir la priorité.

Nathalie Anton

(1) Conseil d’analyse économique, Focus, n° 026-2018, Yann Algan, Elise Huillery et Corinne Prost, octobre 2018.

Illustration : Sempé, Marcellin Cailloux (1969)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s