Précocité et idées répandues : que dit la littérature scientifique ?

Les élèves à haut potentiel intellectuel, précoces ou « surdoués », font partie des 2% de la population qui obtiennent un score de 130 ou plus aux tests psychométriques. Ces enfants rencontrent-ils plus de difficultés dans leur scolarité que les autres ?

Franck Ramus, directeur de recherche au CNRS et professeur attaché à l’Ecole normale supérieure et Nicolas Gauvrit, chercheur au CHART (Laboratoire sur la cognition et les usages), à l’université Paris VIII, démentent ce présupposé, dans un article de Yann Verdo, paru le 21 mai dernier sur le site Lesechos.fr. Extraits :

« Sans nier le fait qu’il existe bel et bien, parmi les surdoués, des enfants à problème, en échec scolaire ou souffrant de troubles psychiques (anxiété, dépression, troubles de l’apprentissage ou de l’attention, hyper­activité…), les deux chercheurs en psychologie soulignent simplement que ces difficultés n’affectent pas statistiquement plus les enfants surdoués que les autres. (…)
Seul 1 % des enfants dits à haut potentiel intellectuel (HPI) ont échoué en 2011 au brevet (contre 13 % dans le reste de la population). « Cette observation corrobore les études internationales publiées dans des revues scientifiques, qui montrent toutes qu’il existe une forte ­corrélation entre QI et réussite académique », observe Nicolas Gauvrit, qui a condensé son travail sur ce thème dans son livre Les Surdoués ordinaires. »

Pour poursuivre la réflexion, voici un lien vers une conférence de deux heures donnée à l’association Mensa Rhône-Alpes, le 26 septembre 2015 par Nicolas Gauvrit sur l’état des travaux scientifiques sur le thème de la précocité :

Dans cette conférence, Nicolas Gauvrit pointe tout d’abord le manque d’uniformisation pour définir la précocité : si la définition la plus fréquente est bien un QI total supérieur à 130, il s’avère que seulement 30% des chercheurs l’utilisent comme critère (d’autres ajoutent en plus la réussite scolaire, la créativité ou l’uniformité des résultats aux tests…). Il évoque ensuite la difficulté de trouver des échantillons qui soient représentatifs et non biaisés.

Passées ces précautions, les études auxquelles il se réfère montreraient que :

  • La créativité des enfants à haut potentiel serait supérieure à la moyenne. ( La créativité étant mesurée à travers l’originalité, la fluence – ou capacité à avoir beaucoup d’idées à la suite – et la flexibilité – ou capacité à changer de catégories dans les idées-)
  • Les enfants « à haut potentiel »  n’auraient pas un mode de pensée différent des enfants « normaux ». Il n’y a pas de rupture entre les premiers qui penseraient de manière arborescente, et les second qui penseraient de manière linéaire. La littérature scientifique étudie en fait la pensée divergente, qui correspond à la flexibilité évoquée précédemment. C’est une compétence que nous avons tous : celle d’avoir plusieurs idées à partir d’un point de départ unique. Or, les enfants à haut potentiel auraient une pensée plus divergente que la moyenne.
  • Les enfants à haut potentiel intellectuel ne souffriraient pas plus de dépression ni d’anxiété que la population générale.
  • Revenant sur la question de l’échec scolaire, il explique que les hauts pourcentages parfois cités (« 1/3 des enfants surdoués en échec« ) reposeraient sur des échantillons biaisés (auprès d’associations accueillant des familles dont les enfants surdoués sont en difficulté par exemple). En outre, la notion d’échec est fluctuante : certaines études, par exemple, évoquent en fait des enfants jugés « sous-performants » par rapport à leur Q.I., ou alors des étudiants « décrocheurs » à l’université. Mais il s’avère que ces taux de décrochage seraient les mêmes que chez les non surdoués, et ne dépendraient pas forcément d’un échec scolaire (entrée dans la vie professionnelle, maternité, etc.).

A suivre… en attendant de nouvelles études !

Nathalie Anton

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s