Apprendre à mémoriser : la répétition

Nous avons vu dans un article précédent quelles conditions pouvaient favoriser la mémorisation. Nous passerons en revue dans les semaines à venir quelques techniques permettant aux élèves de bien apprendre. Aujourd’hui : la répétition.

Les enseignants le savent bien : pour qu’une leçon soit acquise, il est nécessaire de la répéter d’un cours sur l’autre, de la faire retravailler à la maison, puis de la reprendre des semaines, des mois voire les années suivantes. La répétition est ainsi la clé de la mémorisation. Comme l’explique Bruno Dubuc, diplômé de neurobiologie de l’Université de Montréal, co-auteur du site Le Cerveau à tous les niveaux, hébergé par l’université de Mac Gill au Canada : « Sans répétition, nous ne pouvons retenir qu’environ sept éléments d’information pour à peu près 30 secondes. (…) Certains chercheurs vont même jusqu’à dire que nous oublions 90% de ce que nous apprenons en classe en 30 jours et que la majeure partie de cet oubli se fait dans les quelques heures après le cours. » La répétition permet de braquer un projecteur sur ce qui doit être mémorisé, parmi toutes les informations gérées par le cerveau qui resteront dans l’ombre et seront oubliées. « Ce que la répétition mentale permet, c’est justement de faire passer ces éléments de cette mémoire à court terme vers la mémoire à long terme où ils peuvent être stockés pendant des mois, voire des années. »

La répétition peut se faire sous forme de relecture(s) silencieuse(s), puis de récitations orales ou écrites à des temps espacés pour être certain de ne pas oublier ce qui a été appris une première fois. Certains élèves s’enregistrent même pour réécouter ensuite la leçon.

D’après les chercheurs, plus la répétition a lieu rapidement après le cours donné, plus elle serait efficace. C’est pourquoi il est recommandé aux enseignants si possible de répéter au sein même de leur classe les éléments à retenir, et aux élèves de revoir leur leçon le soir-même, même s’ils n’ont pas la matière le lendemain. Les parents ont évidemment un rôle à jouer en faisant réciter à leurs enfants.

Enfin, la répétition doit aussi être associée à la reformulation, de manière à vérifier que ce qui est répété est compris et peut être exprimé différemment. Voilà pourquoi les professeurs reprennent sans cesse les idées développées avec d’autres mots, d’autres exemples, d’autres supports (visuels, auditifs, expérimentaux), afin d’aider les élèves à mieux fixer ce qu’il doivent retenir. Demander à son enfant d’expliquer ou d’illustrer ce qu’il récite peut être ainsi très bénéfique.

Nathalie Anton

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s