Drogues : « Comment résister aux pressions exercées par le groupe ? »

Voici un extrait du rapport « Informe-toi sur les drogues » publié le 26 juin 2014 par l’Office des Nations Unies contre la Drogue et le Crime à l’attention des adolescents. Je reproduis le chapitre « Comment résister aux pressions exercées par le groupe« , car il est tout particulièrement difficile de dire « non » à l’adolescence à des sollicitations faites par les pairs. Ces conseils donnés à nos enfants et à nos élèves permettent ainsi de les faire réfléchir en amont à la manière dont ils peuvent se positionner dans ces situations. 
« • Premièrement, votre cas n’est pas isolé ! Peut-être pensez-vous que vous êtes le seul à ne pas avoir essayé de drogues. En réalité, la plupart des jeunes de votre âge ne consomment pas de drogues.
• Faites le point sur ce que vous pensez du sexe, des drogues et de l’alcool, notamment. Réfléchissez à ce que vous voulez répondre et à la manière dont vous voulez vous comporter dans le cas où ces questions seraient abordées.
• Nul ne devrait avoir à justifier sa décision de ne pas consommer de drogues. Que ce soit le fait d’un fort engagement personnel, ou simplement parce que vous n’avez pas envie cette fois-là, votre choix ne regarde que vous.
• Si l’on vous propose des drogues et que vous n’en voulez pas, dites non fermement mais clairement, sans faire d’histoire. Si l’on essaie de vous convaincre, l’humour peut être un bon moyen de faire face à la situation.
• Il faut souvent du courage pour dire “non”. Toutefois, on éprouvera un sentiment de satisfaction en restant fidèle à ses convictions. En expliquant calmement pourquoi vous ne voulez pas consommer la drogue vous pourrez gagner le respect des autres.
• En vous renseignant sur les différentes drogues, de leurs effets aux risques encourus, vous pourrez être mieux à même de résister aux pressions. À mesure que vous comprendrez mieux le problème, vous gagnerez en assurance.
• Il est naturel de vouloir s’intégrer à un groupe d’amis. Après tout, personne n’aime se tenir à l’écart pour de mauvaises raisons. Nous avons besoin de ressentir que nous appartenons à quelque chose. Même s’ils ne le manifestent pas immédiatement, vos amis vous respecteront davantage si vous exprimez clairement ce que vous voulez et ce que vous ne voulez pas.
• Cela ne paraît peut-être pas être le cas, mais vous n’êtes pas le seul à vous soucier de ce que les autres pensent de vous. Essayez de concentrer votre attention sur l’opinion que vous avez de vous-même. C’est finalement tout ce qui compte.
• Les pressions exercées par le groupe constituent souvent un moyen pour les individus de chercher à faire approuver leur propre conduite. Voulez-vous vraiment vous laisser convaincre par une autre personne qui souhaite ainsi essayer de justifier sa propre consommation de drogues ? »
La lecture de ce genre de rapports permettant la compréhension des risques encourus, associée à des discussions ouvertes avec les jeunes sur le sujet (à l’école comme à la maison) favorise ainsi les prises de décisions responsables et réfléchies.
Nathalie Anton

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s