(Dé) Construction des attentes liées aux genres

téléchargement (1)En plein débat sur la question du genre, j’ai choisi de revenir sur les réactions d’hostilité qu’a provoquées notamment le film « Tomboy » (2011) de Céline Sciamma, mettant en scène une fillette de 10 ans ayant déménagé avant la rentrée des classes et choisissant de se faire passer pour un garçon auprès ses nouveaux camarades de jeu. Ce film présenté aux élèves dans le dispositif « Ecole et cinéma » soutenu par le ministère de l’éducation nationale interroge avec pudeur et sensibilité les questions liées à l’identité, au mensonge, à la place que l’on occupe au sein du groupe de pairs et de sa famille… Il me semble que la seule indignation suscitée par ce joli film devrait être liée au consensus des enfants sur le fait qu’il est « dégoûtant » qu’une fille en embrasse une autre. 

Je vous propose en écho cette petite vidéo made in USA évoquant les impasses relationnelles et existentielles dans lesquelles se retrouvent les garçons contraints de répondre à l’injonction « Be a man ! » (« Sois un homme ! ») et à tous ses implicites : règlement des conflits par la violence, honte à exprimer des sentiments encore qualifiés de « féminins » -comme la tristesse ou l’amour-, silence observé sur les difficultés rencontrées…

Si nous avions déjà vu, à travers le livre de Sylvie Ayral intitulé « La Fabrique des garçons », combien les stéréotypes associés au sexe masculin dans notre culture  peuvent être à l’origine de comportements ascolaires, ces exemples montrent une fois de plus que ces impératifs sexués engendrent souvent une vraie souffrance chez les enfants en condamnant et étouffant leur sensibilité. 

Nathalie Anton

2 réflexions au sujet de « (Dé) Construction des attentes liées aux genres »

  1. Remarquons au passage que les comportements dits « masculins » des filles sont tout de même mieux tolérés que les comportements dits « féminins » des garçons : être un « garçon manqué » est tout de même moins grave que de se comporter en « femmelette ». Tomboy en version « garçon se faisant passer pour une fille » aurait provoqué un tollé encore plus virulent. Ce qui démontre bien la hiérarchie des genres…

  2. Je suis tout à fait d’accord, mais il est intéressant de voir que les garçons sont aussi assignés à des places qui peuvent les faire souffrir. Cette prise de conscience est à mon avis nécessaire pour susciter chez eux une plus grande empathie à l’égard du sexe opposé.
    N.A.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s