Comment mesurer la violence scolaire ?

La violence scolaire fait souvent la une de la presse, à travers des faits divers souvent spectaculaires tels que les agressions de personnels qui ont judicieusement conduit le ministre Vincent Peillon à mettre en place le 16 septembre dernier un observatoire de la violence scolaire à l’intérieur de l’Education nationale, présidé par Eric Debarbieux.

Or cette violence reste difficile à mesurer pour diverses raisons :

– D’abord, parce que sa perception s’avère subjective : en fonction des contextes d’enseignement et des individus exposés, une provocation verbale ou une bousculade physique seront plus ou moins ressenties comme des agressions effectives.

– Ensuite, parce qu’elle repose sur du déclaratif, et donc sur la volonté ou la capacité des victimes ou de l’administration d’en faire part.

Les chiffres permettant d’évaluer la violence scolaire reposent d’un côté sur les remontées faites par les chefs d’établissement à l’Inspection académique, et de l’autre par les plaintes déposées par les victimes auprès des services de police.

Dans le premier cas, certains chefs d’établissement peuvent répugner à signaler à leur hiérarchie un trop grand nombre d’incidents, ou craindre que leur établissement soit frappé d’une mauvaise réputation si ces chiffres étaient publiés (on se souvient à cet égard du classement des collèges et lycées les plus violents établi en 2006 par l’hebdomadaire Le Point…). A l’inverse, des chefs d’établissement peuvent prendre le parti de n’omettre aucun incident, de manière à donner une vision très fine de leur climat de sécurité et obtenir ainsi les moyens adaptés.

Dans le deuxième cas, certaines victimes hésitent à aller déposer plainte, non seulement par peur des représailles éventuelles, mais aussi par crainte des conséquences judiciaires trop sévères pour les auteurs : beaucoup d’enseignants considèrent ainsi comme contraire à leur idéal humaniste d’interpeller la police à propos d’un jeune qu’ils ont en classe, méconnaissant souvent les mesures éducatives dont font l’objet les mineurs signalés et leurs familles.

Deux enquêtes menées de manière anonyme tentent de neutraliser cette subjectivité : l’enquête SIVIS (Système d’information et de vigilance sur la sécurité scolaire) menée depuis 2007 et l’Enquête nationale de victimation et de climat scolaire, mise en place au printemps 2011.

  • L’enquête SIVIS est réalisée auprès d’un échantillon de 6 315 collèges et lycées et ne porte que sur les incidents les plus graves survenus dans les établissements et signalés par la direction.
  • L’enquête de victimation et de climat scolaire, menée depuis depuis 1993 au local par l’observatoire international de la violence à l’école sous la direction d’Eric Debarbieux, a porté sur un échantillon représentatif de 300 collèges, soient 18 000 élèves qui ont répondu de manière anonyme à un questionnaire portant sur la qualité de vie de leur établissement et notamment sur les violences qu’ils y auraient subies au cours de l’année.

Alors sans entrer ici dans un relevé exhaustif des chiffres établis par ces deux enquêtes, voici ceux que j’aimerais rappeler aujourd’hui dans un élan d’optimisme factuel :

Du côté de SIVIS, nous apprenons que la part des violences physiques a diminué entre 2007-2008 et 2010-2011, passant respectivement de 4,2 pour 1000 élèves à 3,9‰.

Du côté de l’Enquête nationale de victimation et de climat scolaire, nous nous félicitons de constater que 93 % des collégiens déclarent se sentir bien dans leur établissement, tandis que 86 % affirment que les relations avec les enseignants sont bonnes ou très bonnes !

Pourvu que cela continue de s’améliorer !

Nathalie Anton

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s