New look sur l’éducation à New York

J’ai la chance d’enseigner depuis 2 mois maintenant au lycée français de New York. La chance d’expérimenter une approche pédagogique dans laquelle le bien-être de l’élève est véritablement au coeur du travail d’équipe.

Il ne s’agit pas ici de faire la publicité d’une école privée qui se trouve être mon employeur, ni de polémiquer sur le profil socio-économique des familles ayant les moyens de scolariser leur enfant au lycée, mais simplement de  partager l’état d’esprit dans lequel les enseignants sont encouragés à travailler.

Imaginez ma surprise lorsque j’ai entendu, début septembre, le proviseur accueillir les secondes en leur manifestant sa joie de les revoir, en les félicitant pour leur réussite au brevet, en les encourageant pour l’année à venir, et en leur exprimant le soutien de toute la communauté éducative pour assurer leur réussite scolaire et leur épanouissement personnel…

Voici quelques unes des recommandations données aux enseignants lors des deux semaines de pré-rentrée pendant lesquelles nous avons pu apprendre à nous connaître, découvrir l’établissement, nous former aux nouvelles technologies et travailler ensemble :

– Le dialogue constructif et pro-actif avec les collègues, les parents et les élèves est le maître-mot de l’établissement ;

– Lorsque les adultes se réunissent, ils ne doivent jamais oublier l’enfant représenté par la chaise restée vide ;

– L’enfant doit être heureux d’être là et heureux d’apprendre  ;

– Il faut enseigner à tous les élèves, et toujours les encourager. Tous peuvent réussir, mais il y a autant de manières de penser et d’apprendre qu’il y a d’enfants. Le challenge de l’enseignant est de les découvrir et de trouver les stratégies adaptées à ceux qui rencontrent des difficultés.

Que deviennent ces mots au quotidien ? Comment se transforment-ils en actes ?

– Par des heures de rencontres hebdomadaires entre les équipes disciplinaires, permettant d’approfondir et d’adapter les progressions communes ;

– Par la promotion et la valorisation constante des activités culturelles et sportives ;

– Par des heures de dialogue hebdomadaires fixées dans les emplois du temps, permettant aux enseignants de rencontrer individuellement des élèves ;

– Par la mise en place en 6è et en 2nde d’un accompagnement renforcé. Chaque classe est divisée en deux groupes pris en charge par un adulte référent. Celui-ci a donc en charge la moitié des élèves, qu’il rencontre une heure par semaine et dix minutes tous les jours, afin de s’assurer que tout se passe bien pour eux. Un travail plus fin de conseil et de suivi peut alors s’instaurer entre lui et ses élèves.

– Et par bien d’autres choses encore, comme le sourire constant des adultes s’adressant aux élèves ou leur bienveillance première lorsqu’un incident survient.

Alors certes, j’ai de la chance d’avoir devant moi des jeunes qui ont eux-mêmes souvent beaucoup de chance ; mais cette approche positive, optimiste et chaleureuse des enfants et des adolescents déjoue sans aucun doute un grand nombre de rapports de force, et le plaisir d’être ensemble favorise indiscutablement celui d’enseigner et celui d’apprendre…

Nathalie Anton

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s