Les difficultés scolaires à l’épreuve de la littérature…

Citons aujourd’hui un extrait de Narcisse et Goldmund, le merveilleux récit de l’Allemand Hermann Hesse publié en 1930, dans lequel le jeune Goldmund expérimente à l’adolescence la difficulté de réussir à l’école malgré les efforts fournis :

« Il ne savait plus lui-même où il en était. Il avait le désir, la volonté, d’être un bon élève (…). Il ne percevait en lui aucun autre voeu. Aussi trouvait-il bien étrange et pénible de constater que ce but simple et beau était si difficile à atteindre. Avec quelle stupéfaction il découvrait parfois en lui des inclinations et des dispositions blâmables : la dissipation et la répugnance dans ses études, le goût de la rêverie et des chimères, ou bien la somnolence pendant les leçons, l’esprit de révolte et l’aversion qui le dressaient contre le professeur de latin, la susceptibilité, l’impatience, la colère à l’égard de ses camarades. »

Il est clair que la plupart des jeunes qui ne parviennent pas à se concentrer ou à prendre du plaisir à étudier ne sont pas délibérément fainéants, mais souvent traversés d’émotions et de pensées qui échappent à leur contrôle et qu’ils voudraient eux-mêmes maîtriser. Les houspiller ou les dévaloriser n’est donc certainement pas la réponse à apporter à cet état de fait…

Bonnes vacances à tous !

Nathalie Anton

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s