« Les jeunes sur la toile : quelles protections pour quels risques ? » Colloque du 10 janvier 2011

Lors de ce colloque tenu le 10 janvier dernier à l’Ecole Militaire de Paris et ouvert par le ministre Luc Chatel, le psychiatre et psychanalyste Serge Tisseron, directeur de recherche de l’université Paris Ouest Nanterre, a expliqué que l’émergence d’Internet constituait « une révolution anthropologique » qui bouleversait la construction des jeunes dans 5 domaines :

1) Le rapport à soi-même

De nombreux jeunes possèdent plusieurs adresses internet, plusieurs profils sur les réseaux sociaux, plusieurs avatars dans les jeux en ligne, et se trouvent exposés, par le biais de publications diverses, à des représentations d’eux-mêmes… pas toujours maîtrisées.

2) Le rapport aux autres

Recherchant la reconnaissance de leurs pairs, les adolescents exposent sur Internet des pans de leur intimité qu’ils soumettent à l’approbation du groupe. Ils risquent parfois de se caricaturer eux-mêmes pour susciter plus de sympathie, ou encore de se retrouver dans des situations compromettantes par la publication (que favorise la dématérialisation des relations par écrans interposés) d’écrits ou de photos  rendus publics et indélébiles.

3) Le rapport aux images 

Il apparaît que les jeunes ne sont plus seulement consommateurs  d’images, mais également créateurs. Si  Serge Tisseron recommande aux éducateurs d’encourager cette disposition créatrice, il attire cependant leur attention  sur les questions sensibles du droit à l’image, de l’intimité, de l’atteinte au respect de la vie privée, de la diffamation, voire de la violence ou de la complicité en cas de happy slapping.

4) Le rapport au réel

Les jeunes doivent plus que jamais être éduqués dans la culture du doute : qu’en est-il, en effet, de la véracité des faits et des images qui circulent sur Internet et qui sont transférés de manière exponentielle jusqu’à créer un « buzz » dans lequel des médias même avertis se laissent happer ? Des sites sont même aujourd’hui  spécialisés dans la dénonciation des canulars informatiques (« hoax » en anglais)…

5) Le rapport à la connaissance

L’apprentissage sur Internet se fait de manière intuitive, par tâtonnements, souvent individuellement ou entre pairs (dans le cas de jeux, par exemple). Or, le savoir scolaire passe encore par la parole du maître et privilégie plutôt la démarche déductive, qui va de  l’exposition théorique des règles à leur application pratique. En outre, Internet permet d’accéder quasi immédiatement à la connaissance, en un clic, alors que l’enseignement privilégie le développement, l’approfondissement et la maturation. Afin que ces deux approches ne s’excluent pas, Serge Tisseron conseille aux adultes de ne pas mépriser la première et de veiller au contraire à valoriser les compétences acquises sur Internet, tout en expliquant pourquoi et comment il est important de savoir travailler autrement.

Afin d’éviter les débordements liés à la pratique d’Internet, Serge Tisseron recommande que les enfants soient exposés de manière encadrée et progressive aux écrans, et qu’il leur soit rappelé ces trois règles fondamentales :

– Tout ce qu’on met sur Internet tombe dans le domaine public.
– Tout ce qu’on y met y reste.
– Tout ce qu’on y trouve est indécidable.

Nathalie Anton

2 réflexions au sujet de « « Les jeunes sur la toile : quelles protections pour quels risques ? » Colloque du 10 janvier 2011 »

  1. je trouve que la conclusion est incomplète et pas clair que veut dire ‘indécidable » ?

    j’aurais plutôt dit :
    – tout ce qu’on met sur internet est indélébile (cela reste)
    – cela tombe et reste dans le domaine public
    – tout ce qu’on met sur internet engage notre responsabilité

  2. Bonsoir,
    « Indécidable » signifie pour S. Tisseron qu’on peut difficilement savoir si ce qui est publié sur Internet est vrai ou faux. Il incite donc à la prudence vis-à-vis de ce que l’on y trouve. Le côté « indélébile » que vous mentionnez est également très important, et apparaît d’ailleurs dans la deuxième proposition à travers le verbe « rester ».
    Cordialement
    N. Anton

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s