Témoignage d’une mère d’élève de 3ème

Comme je vous l’avais annoncé la semaine passée, les deux mois à venir seront consacrés aux questions que vous pouvez vous poser à ce moment crucial de l’année.

Je vous livre donc aujourd’hui le témoignage d’une mère d’élève de 3ème, confrontée aux difficultés scolaires et psychologiques de sa fille, ce témoignage pouvant faire écho à des problématiques rencontrées par d’autres lecteurs…

« Ma fille de 16 ans, en 3ème, est cette année en grande difficulté scolaire. Son orientation occupe toutes mes pensées et les siennes certainement. L’histoire de ma fille reprend plusieurs problèmes que vous reprenez dans différentes catégories d’articles… Ma fille a connu des étapes très douloureuses depuis toute petite : (…)

Son entrée en CP s’est soldée par un échec, un changement d’école après Noël car il y avait un différend avec son institutrice qui ne supportait pas les élèves en difficultés….  Donc changement d’enseignant, un retard certain de l’apprentissage de la lecture et du calcul, nous avons donc mis l’accent sur la lecture au détriment du reste. Elle devait redoubler son CP mais elle est passée au CE1 pour des raisons « d’effectifs », donc redoublement du CE1… Ensuite changement d’école au CE2 pour des raisons familiales (…) et changement d’école à la rentrée du CM2. Ma fille faisait partie néanmoins des meilleures élèves quoique la classe était d’un niveau assez bas selon l’institutrice. Elle était souvent absente, très loin, très triste.

Les trois premières années du collège dans le laïc se sont bien déroulées, un établissement assez faible également, où les professeurs ne donnaient pas beaucoup de devoirs et de leçons car la population locale ne le souhaitait pas vraiment aux dires de la CPE…. Passons…. Donc des lacunes, aucune lecture d’œuvres littéraires si ce n’est que dans son livre (et encore je me le demande car le Professeur lisait à la place des élèves pour aller plus vite…).

J’ai décidé en fin d’année de 4ème de la changer pour un collège privé et là, bien sûr, depuis septembre c’est le désarroi complet. Ma fille a eu toutes ses notes qui ont baissé de 5 points, un prof principal qui dit d’entrée qu’elle est nulle….. donc plus de motivation, des envies de suicides, de mort pour rejoindre son père [décédé] (elle en parlait déjà aussi en 4ème, et de plus sur un blog), un rejet des mathématiques encore plus visible que les autres années, en conclusion des notes catastrophiques sauf en espagnol.

Elle n’a aucune confiance en elle, est angoissée,démotivée, nous devons être à ses côtés pour les devoirs (maths bien sûr car elle a toujours peur de se tromper). Au début avril, sur sa demande, elle a vu un pédo-psychiatre qui lui a prescrit des anti-dépresseurs et un rdv pour seulement la fin mai… alors qu’elle a un désir de parler de ses problèmes. Il y a 2 semaines elle a pris des médicaments suite à des questions sur son orientation…. Alors que faire, je ne sais plus…

ma fille n’a aucune idée de ce qu’elle veut faire, sauf qu’elle ne veut pas de maths ni d’études sanitaires et sociales car elle ne sait pas voir la maladie et la mort même chez les animaux…. Elle n’aime pas prendre la parole en cours (introvertie), donc les filières commerciales n’en parlons pas !!!! Son professeur de français et principal m’a recommandé le redoublement mais je ne pense pas que cela lui serait bénéfique ou alors dans un autre établissement près de chez moi. Elle aime les langues et aimerait apprendre l’italien donc un passage en littéraire mais ses notes en français sont faibles alors qu’elle aime plus ou moins la lecture.

Elle n’a pas d’amies sauf à l’école, seulement des amis et surtout des petits copains…. Je ne sais plus quoi faire pour l’aider. Là, j’ai trouvé une institutrice qui l’aide à faire ses devoirs et révisions surtout en maths et qui reprend les bases qui n’ont pas été comprises.
Faut-il prendre en considération tous les ennuis qu’elle a rencontrés, penser qu’elle peut parvenir à suivre une seconde générale, aller vers un redoublement où elle serait avec des enfants de deux ans de moins qu’elle…. De grandes questions où il y a très peu de réponses qui nous parviennent. Je pense que beaucoup de parents doivent vivre les mêmes angoisses et incertitudes. »

Ce témoignage est particulièrement intéressant, car il révèle combien le passé pèse lourd au moment des choix que l’adolescent doit être en mesure de prendre pour son avenir… Le fait d’engager un travail thérapeutique, au regard des difficultés personnelles rencontrées depuis l’enfance, semble ici fondamental, d’autant plus que l’adolescente en exprime la demande. Cependant, le temps de la thérapie est long, et se heurte à l’urgence des décisions d’orientation.

Là encore, le réflexe de se tourner vers le professeur principal est le bon : ses conseils sont aussi bien liés à son expérience qu’à sa connaissance des compétences scolaires de l’élève. Cependant, son avis peut et doit être rediscuté, en fonction des désirs de l’enfant et des possibilités offertes par la réalité : que recommandent le conseiller d’orientation, le CPE, le Principal ou son adjoint ? Ces personnes sont des relais indispensables à la prise de décision, et leur opinion compte dans ces situations complexes.

Enfin, il faut tenter de prendre du recul pour ne pas surinvestir avec une angoisse exacerbée la décision qui devra être prise, car l’angoisse des parents se répercute à tout coup sur les enfants. Les options proposées doivent ainsi rester ouvertes, le fait de redoubler, de passer en seconde générale, en seconde professionnelle ou autre ne devant pas sonner comme une fermeture définitive de toute autre voie. Des passerelles existent entre les différentes filières, et un élève en difficulté aujourd’hui ne le sera pas forcément demain, à condition de lui permettre de reprendre confiance dans ses capacités. Si la seconde générale apparaît, aux dires de tous les personnels du collèges compétents, inadaptée à l’enfant, il est sans doute plus raisonnable de proposer une option plus adéquate et, encore une fois, non définitive.

Nathalie Anton

Une réflexion au sujet de « Témoignage d’une mère d’élève de 3ème »

  1. Mon fils de 15 ans est actuellemnt en 3e, il a toujours été un peu « fénéant », mais s’est toujours maintenu entre 12 et 14/20 de moyenne générale… Donc je ne m’inquiétais pas. Mais le 3e trimeste de 3e est catastrophique environ 7/20 de moyenne dont 4 en maths… Il ne fait que mentir, même pour des choses stupides, il est actuellement puni de scooter, de portable, de sorties avec les copains, mais rien ne change, je me demande même si ce n’est pas encore pire! Je suis désarmée face à son comportement : Nous discutons souvent car il n’est pas renfermé il est même très sociable et agréable en famille ou avec nos amis… Mais rien n’y fait, c’est comme si, une fois hors de la maison, « il enfilait une combinaison de méchant », il est insolent avec ses profs, s’est même fait viré d’un cours d’espagnol, a eu un avertissement pour comportement…
    Je suis séparée d’avec son papa depuis qu’il a 3 ans, il a un frère de 7ans chez moi, et 3 frères et soeurs chez son père, nos relations sont « bonnes », il vit à 150km mais vient le chercher réguliérement. Rien n’a changé dans notre vie de famille. Non vraiment, je ne vois pas pourquoi il agit ainsi. Je me dis que c’est moi qui suis trop cool, c’est rai qu’il a tout ce qu’il veut, mais j’aime faire plaisir à mes enfants quand ils le méritent bien sure…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s