Petite réflexion sur le soutien scolaire

Je reprends, cette semaine encore, des propos du sociologue François Dubet parus dans le Monde éducation du 13 janvier 2010, concernant le soutien scolaire.

S’il reconnaît que « cette mesure est très difficile à contester dans le principe, puisqu’on fait un effort en direction de ceux qui ne suivent pas le rythme normal », il explique cependant que l’école « externalise ses difficultés »,  « s’évertuant à penser encore que tout le monde peut réussir, tout en s’acharnant à faire que ça ne se produise pas » :

« En matière de soutien scolaire, les pays qui s’en sortent le mieux sont ceux qui ont diversifié leurs pratiques pédagogiques, qui ont accepté l’hétérogénéité des classes, qui font un apprentissage par compétences, qui ne proposent pas forcément à tous les élèves les mêmes leçons et les mêmes exercices. (…) Ce qui est embêtant avec le système français, qui met des élèves faibles à part pour du soutien, c’est qu’il les enferme dans cette image. »

Il ajoute d’ailleurs qu’on ne peut pas attendre du soutien scolaire proposé par l’école ou les associations les mêmes effets scolaires que ceux qu’avancent les officines privées, ces dernières proposant du « bachotage », alors que les premières « font plus que refaire les problèmes et les dictées » en s’attachant à des facteurs sociaux.

Et le sociologue de conclure sa réflexion sur cette phrase cinglante : « on ne pourra pas éternellement faire l’économie d’une interrogation sur la nature de notre système scolaire ».

Nathalie Anton

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s