Laura, l’ex petite fille modèle

Laura est une redoublante de 4ème dont les résultats ont commencé à chuter en 5ème, au moment de la puberté. Si elle était jusqu’alors, selon ses parents, une enfant exemplaire, les appréciations des professeurs déplorent aujourd’hui une élève bavarde et insolente, intéressée uniquement par les copines et les petits copains.

Le père se plaint de ses mauvaises fréquentations, la dit influençable et prédit qu’elle finira « dans la rue » si elle s’entête à se comporter ainsi. Ses rapports avec sa fille se sont très nettement dégradés : il refuse désormais de l’aider dans son travail, méprisant les notes et le comportement qu’elle peut avoir. Il trouve qu’elle s’habille comme une « traînée », et rejette l’idée qu’elle puisse avoir une relation amoureuse. Laura en est arrivée au point qu’elle n’adresse plus la parole à son père.

La mère prend le parti de sa fille, mais pas ouvertement. Elle avoue la protéger de la colère de son mari en dissimulant le fait que sa fille sorte en soirée ou ait des relations avec des garçons. Le père se sent mis à l’écart, et il est très difficile de restaurer une communication saine au sein de ce trio constitué d’alliances tacites.

Laura explique comment, à ses yeux, les relations avec son père ont basculé au moment où son petit frère est né, lorsqu’elle avait 7 ans. Les rapports qui les unissaient semblaient très forts, elle dit qu’elle était alors pour lui « sa petite princesse », révélant ainsi une forte relation oedipienne.

L’entrée dans la puberté a déclenché une mise à distance de la fille par le père, comme si, en devenant une femme, elle pouvait le séduire et réaliser son fantasme incestueux inconscient. En réaction, celle-ci a accentué précisément ce qui pouvait attirer son attention, a savoir, des tenues et une attitude provocantes, pour être enfin reconnue en tant que femme.

Il semblerait que Laura ait cessé d’investir sa scolarité pour sortir du rôle idéalisé de petite fille modèle dans lequel son père serait rassuré de la voir figée.

Aussi, même si de prime abord il est facile de blâmer la fille qui se comporte mal et se détourne de ses études, il apparaît que ce sont les positions de chaque membre de la famille qu’il conviendrait de redéfinir pour désamorcer les conflits et dénouer les blocages.

Nathalie Anton

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s