Le sommeil à l’adolescence

Une étude menée en 2007-2008 par le Rectorat de Paris et la Caisse Primaire d’Assurance Maladie auprès de 8000 collégiens parisiens révèle que 25% des filles et de 38% des garçons se couchent après 22h00 la veille d’un jour de classe. Ces chiffres augmentent au fil des ans de manière conséquente, puisqu’en 3ème, 82% des élèves sont concernés, 1/4 des filles et 1/3 des garçons se couchant même après minuit. Or, la fatigue peut générer des troubles de l’apprentissage et du comportement chez les adolescents qu’il convient donc d’accompagner au mieux pour les aider à gérer leur rapport au sommeil…

D’après l’Institut National de la Santé Et de la Recherche Médicale (INSERM), « de nombreuses études épidémiologiques révèlent qu’il existe une diminution importante du temps de sommeil chez l’adolescent, de 2 heures en moyenne entre 10 et 20 ans », les jeunes se couchant de plus en plus tard et se levant d’autant plus tôt que la durée de transport pour se rendre à leur établissement est importante.

Si les besoins de sommeil varient en fonction de chaque individu, de nombreux adolescents se plaignent cependant à leur réveil d’avoir mal dormi et de ne pas se sentir reposés, allant parfois jusqu’à souffrir de somnolences pendant la journée. Le fait qu’ils dorment en moyenne 1 à 2 heures de plus le week end et pendant les vacances permet de conclure que cette réduction du temps de sommeil résulte plus d’une privation chronique que d’une diminution physiologique de ce besoin.

Différents facteurs peuvent expliquer cette diminution du temps de sommeil à l’adolescence, tels que  :

– l’augmentation de la charge de travail scolaire ;

– l’usage de l’ordinateur, de la télévision, des téléphones portables (l’écran intensifiant le niveau d’activité et d’éveil) ;

– le goût pour la lecture ;

– le plaisir de profiter d’un temps libre, soustrait aux relations familiales ;

– les sorties entre amis le week end qui décalent peu à peu l’heure de l’endormissement, favorisant les insomnies ;

– l’anxiété ou la dépression (cette dernière accroissant la fatigue ressentie, et générant souvent des réveils précoces).

Les répercutions du manque de sommeil sur les performances scolaires ne sont pas négligeables : la fatigue réduit en effet les capacités d’attention, de réflexion et de mémorisation, entraînant alors des troubles du comportement voire une chute de l’investissement et des résultats chez l’élève.

Pour permettre à l’adolescent de retrouver une bonne qualité de sommeil, il est donc recommandé aux parents de lui laisser faire des grasses matinées le week end et pendant les vacances : rien ne sert de le réveiller aux aurores pour qu’il s’attèle  le plus vite possible à ses devoirs, puisqu’il ne fournira pas de travail efficace sans être reposé.

Cependant, un sommeil diurne excessif peut entraîner un décalage progressif de l’heure de l’endormissement : afin d’éviter ce travers, il serait ainsi préférable de réveiller l’adolescent en milieu de matinée et de lui permettre de faire une sieste mesurée après le déjeuner.

En semaine, il convient de restaurer un rythme favorable à un sommeil de qualité : les sorties doivent être limitées et les activités précédant le coucher plutôt calmes. Si les difficultés à s’endormir proviennent d’une anxiété trop vive, il faut identifier avec l’adolescent les causes de cette angoisse et tenter de l’apaiser. Dans le cas d’une charge de travail trop élevée, les parents peuvent essayer d’aider leur enfant à mieux s’organiser, ou lui apporter un soutien scolaire voire psychologique.

En effet, les troubles du sommeil peuvent masquer des problèmes de santé physiques comme psychiques, et leur approche se révèle parfois complexe. Les parents ne doivent pas hésiter à consulter un médecin généraliste qui pourra diagnostiquer une éventuelle pathologie, ou tout simplement, donner à l’adolescent de bons conseils pour mieux gérer son rythme de sommeil.

Si vous souhaitez approfondir cette problématique, voici l’adresse d’un site proposant de nombreux articles et tests permettant de mieux l’appréhender :

http://www.sommeil-mg.net/spip/-Accueil-,

ainsi qu’une liste de sites répertoriés sur ce thème :

http://www.sommeil-mg.net/spip/Sites-sur-le-sommeil

Un petit proverbe pour conclure :

« A l’adolescence, l’avenir appartient à ceux qui se couchent tôt ! »

Nathalie Anton

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s