Eléments de réflexion sur la motivation scolaire… (1)

« En acceptant de travailler davantage, un élève peu sûr de ses capacités augmenterait le risque de révéler son incompétence, si, malgré tous ses efforts, le résultat final demeurait négatif. C’est pour éviter cela (…) que l’élève hésitant, préférant paraître fainéant plutôt que stupide, choisira finalement de travailler peu pour sauver son image et (…) sa valeur propre ».

Est-il possible de prédire l’évolution de la motivation pour le travail scolaire de l’enfance à l’adolescence ?

J.L. Gurtner, A. Gulfi, I. Monnard, J. Schumacher

 Revue Française de Pédagogie n°155, avril-mai-juin 2006

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s